Vous êtes ici : Accueil > Découvrir Moult > Sa culture > Marie-Hélène O’Neill

Marie-Hélène O’Neill

P1010332 P1010338 P1010341 P1010342 P1010348

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 12 mai 2018

 

La commune de Moult-Chicheboville honore une grande artiste moultaise, Marie-Hélène O’Neill en lui donnant le nom d’une rue dans les nouveaux quartiers modernes de la commune.

Marie-Hélène O’Neill fut une peintre engagée, humaniste, qui a traduit ses révoltes et ses indignations dans les toiles sans concession où l’on ressent pleinement une puissance évocatrice concernant toutes les oppressions.

En avance, comme généralement les artistes, sur son temps, elle a peint des femmes encagées par des voiles, des hommes emprisonnés au fond de geôles. Elle a peint la puissance de la mer, la fragilité de la terre, elle a peint des décharges des détritus et d’autres choses encore.

Ses œuvres ont été très largement exposées au plan régional et national.

Cette artiste ne vivait pas retirée du monde, elle participait aussi pleinement à la vie sociale du village et en particulier parce que son enfance s’était déroulée près des chevaux dans des haras, elle a par ce biais noué des liens importants avec des haras polonais en particulier dans la ville de Pakoslaw (en Pologne). Ces liens se sont ensuite traduits par un jumelage très fécond entre la ville de Pakoslaw et la ville de Moult.

Elle a animé ce jumelage pendant plusieurs années.

Durant toutes ces années passées à Moult-Chicheboville depuis près de 50 ans, elle a eu également une vie familiale et amicale très remplie entourée par ses 4 filles, issues d’une première union avec un mari trop rapidement décédé, puis avec celui qui allait devenir la figure marquante de la commune de Moult-Chicheboville, le député maire Alain TOURRET.

Son décès très rapide à l’âge de 72 ans, le 26 novembre 2012, avait frappé et ému toute la population tant elle était estimée par l’ensemble de ses amis moultais et d’ailleurs par tous ses concitoyens.